Et si les éoliennes arrivaient en milieu urbain?

C’est le concept de l’Arbre à vent. Il a été inventé par Jérôme Michaud-Larivière. Bientôt une production d’énergie en plein cœur de la ville ?

Bien-sûr, une maison EstiaTech est déjà prête a accepter l’énergie produite par une éolienne de ce type.

BFM TV: Jérôme Michaud-Larivière était assis sur un banc et regardait un arbre. Il n’y avait pas d’air et pourtant les branches frémissaient. Et là l’idée a germé: est-il possible de capter cette énergie bien présente et pourtant invisible ? L’Arbre à Vent était né ou presque.

Ce système de production d’électricité en forme d’arbre comporte un tronc, des branches et des feuilles. Elles agissent comme autant de mini-éoliennes. C’est le vent qui fait bouger les feuilles, elles tournent sur leur axe. Sous la feuille, un générateur associé à la pale. Le courant traverse ensuite les branches et le tronc. Il passe par un onduleur avant d’alimenter une maison ou une station de recharge.

Une telle installation assure une production quasiment tout le long de l’année. Le seuil de production est tout de même abaissé avec des vents inférieurs à 2 m/s. A l’heure où l’intermittence des énergies renouvelables est encore critiquée, une telle solution semble plus que séduisante. Les feuilles sont fabriquées à base de plastique. Mais New Wind envisage déjà d’aller vers des matières plus écologiques.

Combiné à d’autres sources d’énergie

Jérôme Michaud-Larivière a dû prendre son bâton de pèlerin pour convaincre. Il a pu finalement lever un million d’euros. Son Arbre à vent coûte environ 30.000 euros. Il compte bien le commercialiser à partir de l’année prochaine.

Pour le faire connaître, il s’installe donc en plein cœur de Paris. Un prototype sera exposé place de la Concorde de mars à mai 2015. De quoi redorer peut-être le marché des petites éoliennes qui connait des couacs. Beaucoup d’utilisateurs sont déçus. Les installateurs n’assurent pas toujours la qualité nécessaire de l’installation et de la maintenance.

Ce sont environ 2.500 petites éoliennes qui ont été installées en France. La principale difficulté vient souvent du manque de vent à une faible hauteur. Jérôme Michaud-Larivière croit, contre vents et marées beaucoup à l’ »energy harvesting », la moisson des énergies perdues. Combiné à d’autres moyens de production d’énergie comme le photovoltaïque, la géothermie, à une bonne isolation des bâtiments et une consommation « responsable » des usagers, « la solution est pertinente » selon son concepteur.

New Wind ou l’éolienne 2.0: sa technologie est une première réponse aux défis qui nous attendent: en 2050, 85 % de la population mondiale vivra dans des centres urbains ou péri-urbains.

Voir l’article…